SLIDE LAM USSD

Des prouesses technologiques sont rendues possibles par l’USSD, comme le fait d’acheter un ticket de métro, de souscrire une police de micro-assurance ou de naviguer sur ses réseaux sociaux sans connexion internet et sur des téléphones basiques. Ce procédé est utilisé depuis plus de deux décennies et connaît actuellement une expansion phénoménale à travers l’Afrique. Malgré les stéréotypes occidentaux, le continent est le berceau d’innovations qui n’ont pas encore atteint l’Europe.

Qu’est-ce que l’USSD ?

Le Code USSD (UnstructuredSupplementary Service Data) vous permet de lancer un service en envoyant un message. C’est grâce à lui que vous pouviez vérifier le solde de votre Mobicarte en saisissant simplement #123#, ce qui a été mis en œuvre il y a plus de deux décennies. Les applications sont nombreuses : répondeur téléphonique, paiement mobile, participation à un concours, etc.

Quel est son avantage ? Il est dû à sa simplicité. Dans les faits, l’utilisateur envoie un code à un opérateur téléphonique, qui le met en relation en temps réel pour échanger des données. Contrairement au SMS, le Service mobile ne stocke pas d’informations ; celles-ci ne sont disponibles que pendant l’initialisation de la session et disparaissent ensuite.

Un protocole simple qui ne nécessite pas l’utilisation d’une grande infrastructure. Cette technologie, qui était à peine reconnue en Europe avant d’être abandonnée au profit des applications web mobiles à l’arrivée du smartphone, est encore largement utilisée dans le monde, notamment en Afrique. L’USSD permet de fournir des services numériques de masse dans des zones où il n’y a pas de réseau internet ou dans lesquelles certains services sont difficiles à obtenir.

C’est le cas, par exemple, dans le secteur bancaire. Le Code USSD est une aubaine pour transformer un simple téléphone portable en un support d’activités bancaires quotidiennes dans les zones sous- bancarisées du monde, comme l’ont fait des acteurs comme MTN et Orange Money avec les fameux « portefeuilles mobiles ». Le Service mobile offre des applications concrètes telles que le paiement par distributeur automatique, le transfert d’argent, la consultation de comptes bancaires, le paiement de factures et le rechargement de cartes téléphoniques.

Grâce à l’USSD, de nombreux cas d’usage ont vu le jour

Ainsi, la technologie USSD est une source d’innovation qui ne se limite pas au secteur bancaire. Au-delà des opérations de base du protocole, les entrepreneurs africains ont immédiatement reconnu le potentiel de développement de la technologie et l’ont mise au service de divers usages.

• Les agriculteurs sont informés par USSD

Brastorne en est un exemple. L’objectif de cette startup est de
« connecter les personnes déconnectées ». Elle a créé une plateforme qui permet aux habitants des zones rurales d’utiliser un simple téléphone pour accéder à une variété d’applications web sans avoir besoin d’une connexion internet, de données ou même de SMS. Il suffit d’avoir un simple forfait téléphonique ! Les utilisateurs de ce logiciel du Botswana peuvent accéder à Wikipédia, à un réseau social interne et à leurs courriels par Code USSD. Pour aller plus loin, Brastorne a créé une solution spécifiquement destinée aux agriculteurs. MAgri est un Service mobile qui permet aux agriculteurs d’accéder à des services à forte valeur ajoutée tels que :

  • –  Consulter des informations sur leur activité (conseils, base de données sur la santé animale, prix des matières premières et alertes météo) ;
  • –  Garder un œil sur les prix du marché ;
  • –  Obtenir des financements à court terme ;
  • –  Ils vendent leurs produits sur internet.Cet outil d’aide à la décision leur fournit davantage d’informations, ce qui leur permet de mieux gérer leurs cultures au quotidien.

• Dans le domaine de la santé, l’utilisation de l’USSD est de plus en plus courante

On constate également des avancées dans le domaine de la santé. ApiAfrique, une start-up sénégalaise, a créé le programme
« Changeons les règles » en collaboration avec Yaay.sn, le réseau médical des cliniques NEST et l’ONG SpeakUp Africa. Leur mission est de « discuter, démystifier, expliquer et donner des clés et des ressources pour que chaque femme puisse vivre sereinement ses règles et vivre la vie qu’elle choisit ». L’application mobile “femin’in” avec sa version USSD était l’un des outils employés. Toute femme possédant un téléphone portable, internet ou non, peut l’utiliser pour accéder aux services suivants :

  • –  S’informer sur le cycle menstruel et les menstruations ;
  • –  Recevoir une assistance individualisée ;
  • –  Elaborer votre cycle ;
  • –  Suivre votre contraception ;
  • –  Pour recevoir une aide professionnelle, rendez-vous dans un annuaire.

La version du Code USSD fonctionne avec des contenus écrits, des messages vocaux en plusieurs langues, et renvoie également toute question supplémentaire au centre d’appel des sages-femmes de Lydia Conseils (DKT intl).

• L’éducation et l’USSD : une meilleure révision des leçons

Le Service mobile est très bien représenté dans le domaine de l’éducation. Eneza Education, une entreprise kenyane, a choisi

d’utiliser les quiz sur smartphone pour révolutionner l’apprentissage en classe.La procédure est simple :

  • –  Un numéro de téléphone permet d’inscrire l’élève (de l’opérateur local Safaricom) ;
  • –  Il décide du sujet à étudier ;
  • –  L’application lui envoie ensuite des questions sous forme dequiz par message ;
  • –  Il peut examiner ses résultats à la fin de chaque exercice etpasser à la matière suivante.

    En cas d’échec la start-up propose également une solution. Si un étudiant obtient moins de 50% de bonnes réponses, il recevra des “petites leçons” pour l’aider à réviser et à réussir le prochain quiz.

    Sans professeur, est-il vraiment possibled’apprendre ? Certainement pas. Une équipe d’enseignants “en direct” est présente pour répondre immédiatement aux élèves.

    Une technologie qui est encore considérée comme primitive

    L’USSD est donc un outil précieux pour démocratiser l’utilisation d’Internet. Il s’agit toutefois d’une technologie encore assez primitive. Pour commencer, chaque session a un coût (frais de réseau) et une durée fixe (temps de session). Ainsi, la session se termine automatiquement après 90 à 180 secondes. Comme il n’y a pas de sauvegarde des données, l’utilisateur doit recommencer.

    C’est le cas de KaiOS, un système d’exploitation téléphonique non tactile qui permet aux utilisateurs de téléphones basiques d’accéder à des programmes comme Facebook, WhatsApp et Google Maps avec une expérience utilisateur personnalisée. Pour certains, ce sera la première fois qu’ils utiliseront Internet !